Skip to main content

Esthésiomètre pour la mesure de la sensibilité cornéenne

Étude de faisabilité sur le développement d’un esthésiomètre.

Entwicklung eines neuen Ästhesiometers zur Messung der Hornhautsensibilität 

Objectifs

Le projet a pour objectif une étude de faisabilité visant à développer un esthésiomètre permettant une mesure fiable de la sensibilité cornéenne dans un environnement clinique ordinaire. L’esthésiomètre doit convenir aux domaines d’utilisation suivants: pour le diagnostic et l’évaluation de l’évolution de la sécheresse oculaire, après une chirurgie réfractive et une kératoplastie, en cas de dystrophies et de dégénérescences cornéennes, en cas de neuropathie périphérique et de port de lentilles de contact.

Contexte

Les méthodes actuellement utilisées pour la mesure de la sensibilité cornéenne présentent toutes des défauts et des inconvénients plus ou moins importants, que ce soit en raison d’une reproductibilité/sélectivité insuffisante de la mesure ou à cause de l’inaptitude des méthodes utilisées pour les examens de routine.

Résultat

Des amorces de solutions et des conditions-cadres ont été discutées avec des partenaires internationaux de recherche, en amont de la proposition de projet. Deux approches en ont découlé:

  1. Un stimulus tactile direct en référence à l’esthésiomètre Cochet Bonnet classique au moyen d’un «fil».
  2. Un stimulus au moyen d’un jet de liquide fin et pulsé / d’une goutte de liquide.

L’approche a) doit tenir compte des conditions-cadres suivantes:

  • Le fil («Tip») lui-même doit être remplaçable et/ou stérilisable
  • Le «Tip» doit être conçu de façon à exclure toute lésion de la cornée
  • Le moment où le «Tip» entre en contact avec la cornée doit pouvoir être déterminé avec précision
  • La «force de contact» et la «durée du contact» doivent être déterminées sous forme électronique/électromécanique

Dans l’approche b), il faut notamment étudier dans quelle mesure un jet d’eau fin (pulsé) permet d’atteindre un stimulus purement mécanique, sans que le liquide supplémentaire dans l’œil ait p. ex. une incidence négative sur le résultat de mesure. Les paramètres suivants doivent être étudiés et optimisés à cet effet:

  • Pression (vitesse) et taille (longueur) du jet d’eau (impulsion)
  • Fréquence et taux de répétition de la pulsation d’eau
  • Température du jet / des gouttes
  • Salinité de la solution aqueuse utilisée

 

Information sur le projet

Réalisation Institut für Aerosol- und Sensortechnik FHNW, Institut d’optométrie FHNW
Partenaire de projet Brien Holden Vision Institute, Waterloo University
Durée 15 mois
Promotion KTI
Direction de projet Prof. Dr. Daniela Nosch